Un peu d’histoire…

Les premières recettes de conservation des fruits, légumes, tiges, racines, feuilles ou fleurs sont évoquées par Pline l’Ancien, en 74 avant JC. Ils sont cuits dans du miel, du sirop ou du vin de raisin.

Au Moyen-Age, le sucre de canne est introduit en Europe. On “confectionne” toutes sortes de “confiseries”, réalisées à partir d’aliments cuits dans le sucre, du sirop ou du miel: bonbons, fruits confits, etc.

La confiture telle que nous la connaissons aujourd’hui est appelée alors, “électuaire”. Cela signifie “médicament à lêcher”. Ces médicaments sont issus de la pharmacopée arabe, préconosés par Nostradamus dans ses traités.

Par ailleurs, elle est présente lors des banquets sur les nobles tables, accompagnant gibiers et autres plats et aussi présentées en fin de repas.

A partir du XIX ème siècle, le sucre de betterave est exploité, de coût bien moindre que le sucre de canne, et ainsi la confiture se banalise. Toute la population peut la fabriquer.

Aujourd’hui, elle est considérée comme un élément de plaisir, sous toutes ses formes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *