La championne du monde de confiture traditionnelle est des Alpes-de-Haute-Provence.

Béatrice Bellon, ancienne éducatrice spécialisée reconvertie avec talent, depuis 2014, dans la fabrication artisanale de confitures atypiques.

Par Sylvie Arnaud

L’information est passée un peu inaperçue à notre goût. Béatrice Bellon, ancienne éducatrice spécialisée reconvertie avec talent, depuis 2014, dans la fabrication artisanale de confitures atypiques, confits et autres barres de céréales énergétiques pour les sportifs sous l’appellation “Les Gaillardises”, a été distinguée à l’international. Sa confiture “cassis groseille agrémentée de petits maras des bois confits” a été classée championne du monde au mois d’août dernier et sa créatrice intronisée “maître confiturier”. Une très belle reconnaissance pour cette autodidacte.

championnat du monde

“Ce concours professionnel, appelé les Confituriades, est organisé sous l’égide du ministère de l’Agriculture. Il se déroule à Beaupuy, dans le Lot-et-Garonne. J’y participe depuis 2017. Être reconnue par ses pairs est une vraie satisfaction” souligne-t-elle simplement. Avec cette haute distinction, cette amoureuse du goût étoffe les nombreux prix déjà obtenus par ses créations concoctées avec passion et de bons produits dans son atelier développé dans la ferme familiale des Gaillards, au cœur du vallon du Bachelard.

Son confit “poivron piment d’Espelette”, à déguster avec du fromage, a été primé en 2019 par l’Ordre culinaire international qui avait aussi distingué sa confiture de légumes et son chutney. Les Gaillardises ont également obtenu 3 médailles d’or au concours “1001 dégustations” pour “pina colada”, combinant ananas, lait de coco et rhum, “fraise coco et citron vert” et ses barres aux céréales bio. En 2017, Béatrice Bellon avait décroché une 2e place aux “Talents gourmands” et une 11e place aux Confituriades de Beaupuy avec sa création “Griotte fleurs de sureau”…

Ces distinctions récompensent sa créativité, la qualité de ses produits qu’elle imagine au fil de ses cueillettes de fleurs dans le vallon de Fours, de ses cultures de fruits rouges et de ses approvisionnements auprès de producteurs locaux. De nombreux chefs se les sont appropriées. “Il faut être créatif et se réinventer. Mes confitures ne se limitent pas à être tartinées” explique cette passionnée présente sur les marchés dès février, et ses créations à la Maison de Produits de Pays, aux Délices des Montagnes et sur son site internet. Leur dégustation est une vraie gourmandise.

Source La Provence 16/01/2021