Confiture Extra de fraise au goût d’autrefois

5,60

De vraies fraises, une cuisson basse température  . Retrouvez le plaisir d’antan : Celui du chaudron sur le feu de bois. Le goût d’autrefois .

Description

Simplissime et savoureuse . Une variété de fraises, sélectionnée pour sa qualité gustative. Elle donnent une confiture très parfumée.

Cuite  au chaudron en cuivre en méthode basse température notre confiture de fraise est comme chez grand-maman…

Goûtez notre délicieuse recette de confiture de fraises.

Vous retrouverez le goût authentique de la confiture d’autrefois.

Gourmandes et savoureuses, les confiture cachent une belle est longue histoire.

Elle vaut la peine d’être écoutée.

Nous avons aujourd’hui l’habitude de voir nos tables se garnir de délicieuses confitures au petit déjeuner ou à l’heure tant attendue du goûter. Mais cette tradition n’est pas si vieille. Pendant plusieurs siècles les confitures sont un met de luxe.

Nous savons aujourd’hui, grâce à de brillants témoignages, que l’Antiquité connait déjà quelques méthodes de conservations des fruits grâce au sucre. Pline l’Ancien, en bon naturaliste évoque au livre XV de son Histoire naturelle les différents types de fruit et leur conservation . Il les fait cuire au miel ou au vin de raisin. Plus tard au IV siècle, c’est au tour de l’agronome Palladus de mentionner des recettes de fruits cuits dans son ouvrage le De Re Rustica.

Bien que ces premières formes de confitures soient bien loin de celles d’aujourd’hui , elles marquent toutefois les débuts de ce que sera la confiserie.

A l’époque médiévale, c’est sous le nom de ‘électuaire’ que nos confitures réapparaissent. Issu du latin ‘eleucterium’ désignant les médicaments à lécher.  Les confitures font partie intégrante de la pharmacopée de l’époque.

Seuls les apothicaires tiennent le commerce du sucre de canne. Il a été découvert lors des Croisades par l’intermédiaire du monde arabe. Ce qui s’appelait jadis le  ‘saccharum’ est alors une denrée rare et extrêmement coûteuse . Seuls les aristocrates s’octroient son plaisir . Le plus souvent sous la forme de confitures délicatement concoctées.

Les seigneurs de jadis, grands mangeurs de gibiers et autres volailles en pâtés, n’ont  guère que les fruits pour se prémunir des maux dus à la consommation excessive de viandes. Les légumes qui poussent en terre, ne sont dignes que de la classe paysanne. Les fruits cueillis sur les arbres sont l’apanage des aristocrates.

Et c’est pour conserver ces fruits qu’ils sont transformés en confitures épicées car l’on considère, à juste titre, que les épices facilitent la digestion de ces repas gargantuesques.

 

Informations complémentaires

Poids 0.380 kg